Pour les dégâts dus à la grêle et à l’eau, votre courtier d’assurances fait la différence.

Orages, inondations, tempêtes et grêle… Leur fréquence ne cesse d’augmenter. Heureusement, l’assurance incendie comprend d’office une couverture contre tous ces aléas climatiques. Une telle police vous épargne déjà beaucoup de tracas matériels… Mais être assuré ne veut pas dire automatiquement être bien assuré. C’est là que votre courtier d’assurances fait la différence.

Cela commence dès la conclusion du contrat d’assurance et cela continue avec son suivi et le règlement d’un sinistre.

Si l’assurance incendie couvre effectivement les « catastrophes naturelles », les compagnies ne prévoient pas toutes les mêmes couvertures. Les meubles de jardin sont-ils couverts ? Et quid des dégâts à la piscine ? Dans quelle mesure les dégâts aux panneaux solaires sont-ils indemnisés ? En cas de dégâts des eaux, dans quelle mesure les biens en cave sont-ils couverts ? Pour quel capital le bâtiment et le contenu doivent-ils être assurés ? Selon votre situation, votre courtier d’assurances vous propose la bonne assurance en y intégrant les couvertures appropriées. Cela vaut aussi au cas où le risque évolue dans le temps.

Ainsi, vous ignorez peut-être qu’installer un abri de jardin ou une piscine modifie le risque et nécessite éventuellement une adaptation de votre assurance incendie.

En cas de sinistre, votre courtier d’assurances prouve à nouveau toute son utilité en jouant véritablement au « sherpa » pour la déclaration, le suivi et le règlement des dommages. Après avoir constaté les dégâts causés par une tempête, il suffit souvent d’appeler son courtier pour lancer le traitement du dossier. Bien sûr, vous pouvez l’aider en prenant des photos des biens endommagés, en recherchant leurs factures d’achat et en prenant, tel un « bon père de famille », des mesures de précaution pour éviter d’autres dégâts. Comme recouvrir de plastique les fenêtres endommagées.

Votre courtier d’assurances agit en effet en toute indépendance parce qu’il n’est pas un salarié d’une compagnie d’assurances.

D’autres assurances interviennent également…

L’assurance incendie n’est pas la seule à intervenir en cas de dégâts consécutifs à des intempéries.

Dans certains cas, votre assurance familiale interviendra, par exemple si des tuiles de votre toit ont occasionné des dommages chez vos voisins. En l’espèce, l’assurance incendie interviendra en premier lieu et introduira ensuite un recours auprès de votre assurance familiale.

Autres exemples : si votre véhicule a été endommagé par la grêle, votre assurance omnium interviendra ; si une tempête a provoqué un accident de la route, entraînant des lésions corporelles, la police accidents de la circulation interviendra.

Quid si la voiture est dans l’allée ou le garage ?

La voiture n’est pas couverte par l’assurance incendie. Si vous n’avez pas d’assurance omnium (mini), vous pouvez souscrire la garantie « véhicule stationné ». Moyennant une petite prime supplémentaire, votre voiture sera donc couverte lorsqu’elle est dans le garage ou l’allée.

Voici quelques conseils pour accélérer le traitement de votre dossier.

  • Contactez le plus vite possible votre courtier d’assurances afin qu’il ouvre un dossier de sinistre et planifie la visite d’un expert.
  • Veillez à ce que les dommages ne s’aggravent pas, par exemple, en recouvrant une tourelle cassée ou en obstruant provisoirement une fenêtre cassée.
  • En attendant la venue de l’expert ou de votre courtier, prenez des photos des dégâts, dressez une liste des dommages, rassemblez les factures d’achat, etc.
  • Demandez aux voisins s’ils n’ont pas subi de dégâts collatéraux. Dans l’affirmative, demandez-leur de prendre des photos de leurs dommages et prenez les mesures nécessaires pour prévenir l’aggravation des dégâts.
  • En cas de dégâts au bâtiment provoqués par des tiers (par ex. chute de tuiles du voisin sur votre véranda), transmettez les coordonnées de votre voisin à votre courtier d’assurances.